Drac rive droite : une EDD commune avec la DIR


Accueil > Archives > 2012 > Drac rive droite : une EDD commune avec la DIR
> Créé le 5 juillet 2012 | Modifié le 13 avril 2014
Digue du Drac au niveau de Comboire (Echirolles).Dans une démarche économe et cohérente, l’AD Isère Drac Romanche et la Direction Interdépartementale des Routes Centre-Est vont réaliser une étude de danger commune pour la digue rive droite du Drac entre le Saut-du-Moine et la confluence Drac-Isère.

Compte tenu de ses obligations réglementaires, l’AD Isère Drac Romanche doit remettre aux services de l’Etat, avant fin décembre 2012, l’étude de danger de la digue rive droite du Drac dont elle est le gestionnaire. Les 9 km d’ouvrages concernés sont situés entre le barrage EDF du Saut du Moine (Champ-sur-Drac) et l’échangeur du Rondeau (Echirolles).

Afin de réaliser une étude cohérente sur une même zone protégée et de faire des économies d’échelle, notamment par la définition d’un modèle hydraulique commun, l’AD a proposé à la DIR Centre-Est [1] de réaliser conjointement cette étude de danger. En effet, en tant que gestionnaire de l’A480, dont le remblai se confond avec la digue construite entre le pont du Rondeau et la confluence Drac-Isère sur Grenoble, la DIR Centre-Est est soumise aux mêmes obligations que l’AD Isère Drac Romanche pour ces 7.2 km d’ouvrages.

La convention liant les deux parties

Lors d’une réunion de travail organisée début mai 2012 au District de Grenoble, un projet de convention de groupement de commandes a été initié. Afin de compléter les obligations qu’elle doit satisfaire, la DIR Centre-Est a souhaité que d’autres prestations soient intégrées à cette étude pour la partie de l’ouvrage qui relève de sa responsabilité, notamment la visite technique approfondie, la définition des consignes de gestion et le diagnostic de sureté initiale.

La convention prévoit que l’AD sera le coordonnateur du groupement. Elle sera mandatée par la DIR Centre-Est pour piloter la procédure de consultation, signer et exécuter le marché au nom des deux membres. Le financement du marché sera assuré au prorata du linéaire de gestion :
- 45 % par la DIR sur le montant relatif l’étude de danger,
- 55 % par l’AD sur le montant relatif à l’étude de danger
- 100 % par la DIR Centre-Est pour le montant relatif à la visite technique approfondie, au diagnostic de sureté initiale et aux consignes de gestion.

Le cahier des charges de l’étude de danger et des prestations complémentaires pour la DIR Centre-Est est en cours de rédaction par l’ingénieur-conseil Daniel Demmerle. C’est sur la base de ce document qu’un appel d’offres sera lancé en septembre 2012.

Retro-planning

Anticipant sur ses obligations, l’AD a missionné au printemps dernier l’entreprise IMS pour réaliser les investigations géotechniques nécessaires à la réalisation de l’EDD sur son linéaire de digues. Le rapport remis courant juin porte essentiellement sur deux tronçons : la digue Marceline à Pont de Claix (1,3 km) et la digue de Comboire sise sur les communes de Seyssins et Echirolles (1,7 km). Cette mission avait pour objet d’exécuter une campagne de reconnaissances géotechniques in-situ et en laboratoire, d’établir un diagnostic de vulnérabilité géomécanique et hydrodynamique de la digue, et de proposer des principes de traitement éventuels.


Sondage

SondageUtilisation du pénétromètre lors d’un sondage. En appréciant la résistance du terrain, cet appareil permet d’en déterminer les propriétés mécaniques, en particulier le niveau de compacité du matériau.

Remblai

En bordure de la départementale D085 à Pont-de-Claix et juste avant de franchir le tunnel en direction de Grenoble : à gauche, la digue historique du Drac.

Digue Marceline

A Pont-de-Claix, la digue Marceline, reconstruite en 1593, constitue encore une ligne de défense pour l’agglomération grenobloise.

[1] DIR : Direction Interdépartementale des Routes

Espace privé | Plan du site | Contact | Mentions légales | Spip | Lettre d’information | Haut de page