Investigations sur nos digues en aval de Grenoble


Accueil > Archives > 2012 > Investigations sur nos digues en aval de Grenoble
> Créé le 5 juillet 2012 | Modifié le 13 avril 2014
Banc sur l'Isère en aval de Grenoble.Durant l’été 2012, des sondages seront réalisés sur les digues de l’Isère entre la station d’épuration de Saint-Egrève et le pont de Saint-Gervais.
L’objectif est de déterminer leurs caractéristiques mécaniques et leur niveau de stabilité.

Début juillet, le comité de l’AD a décidé d’attribuer à IMS RN le marché des investigations géotechniques devant être effectuées sur les digues d’Isère aval. Avec les informations topographiques et les études disponibles, les données géotechniques recueillies permettront par la suite de réaliser une étude de danger. Cette seconde prestation sera exécutée à l’automne par Artelia Eau & Environnement.

Des mesures tangibles

Dans la continuité du diagnostic de sûreté initial réalisé en 2010, les investigations opérées cet été visent à compléter la connaissance du comportement mécanique des ouvrages en cas de sollicitation hydraulique, c’est-à-dire de mise en charge. Situées entre la station Aquapole de Saint-Egrève et le pont de Saint-Gervais, les 55 km de digues concernées (classées en B et C) sont pour l’essentiel des remblais constitués en matériaux tout-venant prélevés dans l’Isère. Pour estimer leur niveau de stabilité, il conviendra de déterminer leur homogénéité, la continuité granulométrique, la compacité et les caractéristiques mécaniques des ouvrages.

La méthode requise est celle d’un large balayage par des méthodes géophysiques à haut rendement, le calage de ces dernières – ou la levée d’incertitudes - par des sondages, la caractérisation des matériaux, et l’analyse de la stabilité via des calculs menés sur des profils choisis.

Une étude attendue

Forts du résultat de ces investigations géophysiques et géotechniques, l’étude de danger Isère aval pourra alors être mise en œuvre. Outre les ouvrages de l’Isère situés entre Saint-Egrève et Saint-Gervais, elle portera aussi sur les digues du Palluel (de la plage de dépôt de la Roize jusqu’à son exutoire dans l’Isère) et celles du canal Fure-Morge (du pont de Saint-Quentin jusqu’à son exutoire dans l’Isère). Au delà des digues, cette étude de danger prendra aussi en compte tous les ouvrages existants dont le dysfonctionnement pourrait provoquer une défaillance sur les digues, directement ou par « effet domino ».

Ces ouvrages sont notamment :
- les digues situées entre la confluence Drac-Isère et Aquapole (donc dans la concession EDF),
- les digues des affluents gérées par les associations syndicales (canal des Mortes, extrémité aval du canal de Saint-Quentin, ruisseau de la Rivière, Lône de Chapoton…),
- le seuil de Voreppe (Echaillon), les ouvrages de franchissement et le remblai de l’autoroute.

Cette étude de danger initiée par l’AD Isère Drac Romanche sera remise aux services préfectoraux en décembre 2012, ou début 2013 au plus tard.

Localisation

Voir la carte des endiguements pour l’étude de danger du secteur Isère aval.

Isère aval

L’Isère en amont du bec de l’Echaillon (en haut et à droite : le péage de l’A48 à Voreppe).

Palluel

La piste cyclable au niveau de la confluence du Palluel avec l’Isère.

Espace privé | Plan du site | Contact | Mentions légales | Spip | Lettre d’information | Haut de page