L’Isère en crue le 2 mai 2015


Accueil > Mémoire du risque > Les crues depuis 2000 > L’Isère en crue le 2 mai 2015
> Créé le 9 juin 2015 | Modifié le 26 avril 2016
2015-05-02 - Crue Isère amontL’épisode pluvieux marqué du vendredi 1er mai a provoqué une crue généralisée de l’Isère le lendemain. Retours sur les circonstances et les mesures prises pour cette crue d’ordre décennale en amont de Grenoble et inférieure à ce niveau en aval.

Le jeudi 30 avril, le SPC - Service de Prévision des Crues - a diffusé un bulletin annonçant qu’une perturbation océanique très active était attendue en fin de nuit et toute la journée de vendredi sur les Alpes du Nord, en particulier sur le bassin de l’Arly. Elle devait être accompagnée d’un redoux marqué et de précipitations abondantes sur une grande partie du bassin de l’Isère le vendredi, la limite pluie-neige étant située autour de 2 500 m.

L’épisode pluvieux du 1er mai a effectivement été très marqué [1], provoquant une crue généralisée de l’Isère et un premier pic de crue le samedi 2 mai. Entre samedi fin d’après-midi et le milieu de la journée du dimanche 3 mai, de nouvelles précipitations ont concerné le bassin de l’Arly et le nord de la Tarentaise. Bien que les cumuls aient été inférieurs à ceux du 1er mai, elles ont provoqué un second pic de crue mais avec des niveaux moindres que ceux du 2 mai.

Déroulement de la crue sur notre territoire de compétence

Sur l’Isère amont, le débit a commencé à croitre à partir de vendredi 1er mai 14 h, le gradient d’environ 55 m3/s et par heure s’amenuisant ensuite, après 1 h du matin. A Pontcharra, le pic de crue a été observé dans la nuit de vendredi à samedi, vers 3 h 30. Avec le décalage habituel de 8 h, il a ensuite atteint Grenoble-Bastille le samedi 2 mai à 11 h 30 du matin.

JPG - 33.8 ko
Crue de mai 2015

Le débit mesuré alors à cette station - 966 m3/s - apparait comme étant supérieur au pic de crue de la crue de mars 2001 mais inférieur aux 980 m3/s de la crue de septembre 1968 qui reste le débit de référence pour une crue d’ordre décennale. Le débit de l’Isère a ensuite décru jusqu’à 600 m3/s dimanche 3 mai à 12 h 30, puis il est remonté jusqu’à 729 m3/s dans la nuit de dimanche à lundi, avant de décroitre durablement.

En aval de Grenoble, le pic de crue a été observé à la station de Saint-Gervais le 2 mai entre 10 h et 10 h 30, avec un débit estimé à 1 354 m3/s. Après un premier fléchissement à 785 m3/s, le niveau s’est à nouveau élevé jusqu’à 961 m3/s lundi 4 mai avant d’amorcer une nouvelle baisse durable. Le débit d’une crue décennale à Saint-Gervais étant de 1 600 m3/s, la crue de début mai 2015 reste donc bien inférieure à ce niveau, ceci grâce au fait que les précipitations ont été bien moindres dans le secteur Drac-Romanche que sur le bassin de l’Isère.

Dispositions prises par le gestionnaire de digues

Dès le bulletin d’information du SPC du 30 avril, l’AD Isère Drac Romanche a immédiatement déclenché son dispositif alerte-crue. Cela s’est traduit par une notification de mise en alerte de niveau 1 aux entreprises Converso TP et Midali chargées d’effectuer d’éventuels travaux d’urgence en amont de Grenoble, et par l’établissement du planning des équipes de surveillance durant ce long week-end de 3 jours en cas d’atteinte des niveaux d’alerte de l’AD [2].

Le vendredi 1er mai marqué par de fortes précipitations, la surveillance diurne s’est limitée à effectuer un suivi des niveaux de l’Isère amont et de l’Isère aval sur le site Vigicrues. Nos seuils d’alerte de niveau 1 et 2 sur l’Isère amont ayant été atteints respectivement vendredi 1 mai à 23 h 30 et samedi 2 mai à 7 h du matin et l’alerte de niveau 1 sur l’Isère aval samedi 2 mai à 3 h 30 du matin, le personnel a rejoint nos locaux dès 8 h du matin. Après notification aux entreprises Carron et Mandier d’une alerte crue et d’éventuels travaux à effectuer en aval de Grenoble, nos 3 équipes de 2 personnes ont rejoint leur secteur de surveillance : deux sur l’Isère amont et une sur l’Isère aval.

Sur l’Isère amont, le directeur de l’AD Isère Drac Romanche est resté en contact permanent toute la journée avec de nombreux interlocuteurs locaux (agriculteurs, communes) et acteurs de la sécurité civile (SIPC, pompiers, gendarmes) afin de limiter la circulation dans certains secteurs comme autour de la Chantourne de Meylan, ou certaines parties de digues. L’inondation ponctuelle par refoulement de l’Isère dans le canal Cheminade et le fossé de l’Essorton a été réglée par une intervention manuelle pour fermer des vannes (Egis et Moulin TP). Sur demande de l’AD et après concertation avec les représentants du Symbhi, l’entreprise Guintoli a rehaussé de 50 cm le niveau de la crête de la courbe de Charlet afin d’éviter une surverse et tout risque de rupture de la digue associé.

Le dimanche 2 mai, notre surveillance s’est poursuivie sur l’Isère amont malgré l’atténuation du niveau d’alerte. Puis, le lendemain, des visites « post-crue » ont été organisées afin de préciser les désordres que les ouvrages hydrauliques avaient pu subir par endroits. Depuis, nos observations ont fait l’objet de rapports remis aux services de contrôle.


Grenoble Ile Verte

Meylan Ile d’Amour

Meylan, courbe de La Taillat

Isère amont, courbe de Charlet

Isère aval, rive droite

Isère aval

[1] 39,5 mm de pluie mesurés au Versoud durant 24 heures, soit près de 40 litres par m2

[2] (1) Rappels. Sur l’Isère amont, notre seuil de premier niveau d’alerte est un débit de 650 m3/s. Il a été atteint le 1er mai 2015 à partir de 23 h. Le seuil d’alerte de niveau 2 est lui de 900 m3/s. Il a été atteint le 2 mai à 7 h du matin. Le débit est repassé en dessous de 900 m3/s le samedi 2 mai à 17 h 30 et en dessous de 650 m3/s le dimanche 3 mai à 5 h 30.

Espace privé | Plan du site | Contact | Mentions légales | Spip | Lettre d’information | Haut de page