Le projet Romanche Séchilienne


Accueil > Le monde des digues > Les travaux du Symbhi > Le projet Romanche Séchilienne
> Créé le 1er mars 2013 | Modifié le 27 avril 2016
RS_20140123_DR_SPM_Lot2_tx confortement digues Jouchy_004Entre Livet Gavet et Champ-sur-Drac, les travaux programmés par le Symbhi ont été effectués de 2013 à 2016. L’objectif était de protéger les secteurs urbanisés et urbanisables de la Moyenne et Basse Romanche contres les crues naturelles de la rivière et d’intégrer la parade hydraulique de court terme liée au risque des Ruines de Séchilienne.

En parallèle aux travaux de la première tranche du projet Isère amont, ceux du projet Romanche Séchilienne se sont déroulés entre 2013 et début 2016 dans 9 communes [1] de la Moyenne et Basse Romanche. Les principaux objectifs des travaux programmés par le Symbhi [2] étaient au nombre de trois :

- 1. Protéger les zones habitées de la vallée contre le risque d’inondation dû aux crues naturelles de la Romanche, à hauteur de la crue centennale. Ce projet intègrait la parade hydraulique de court terme au risque majeur des Ruines de Séchilienne.
- 2. Restaurer les milieux humides liés à la rivière et garantir le développement d’espèces végétales ou animales spécifiques. D’anciens bras morts, des chenaux de décharge, une confluence et des corridors biologiques ont été réhabilités.
- 3. Développer la fréquentation des berges de la Romanche. Pour favoriser l’approche des riverains, de nouveaux accès à la rivière ont été créés afin de permettre la pratique de loisirs récréatifs comme la promenade ou le kayak.

Principaux chantiers hydrauliques

- Le niveau de protection retenu par le Symbhi était une crue centennale de la Romanche, soit un débit de 550 m³/s. Compte tenu du sur-débit de 50 m³/s induit par la parade hydraulique de court terme liée au risque des Ruines de Séchilienne, la crue de référence du projet était donc de 600 m³/s.
- L’écoulement en tresses de la Romanche favorisait la formation de bancs par accumulation des matériaux sédimentaires au milieu du lit ou le long des berges. Pour permettre la circulation d’une quantité d’eau plus importante entre les digues en période de crue, les bancs ont été déboisés puis arasés. La quasi-totalité des bancs situés entre l’Ile Falcon et le seuil Tardy étaient concernés.
- Le seuil Tardy aménagé en 1990 afin de stabiliser l’assise du pont de la RN 85 (situé juste en amont) constituait une rupture de pente haute de 2 m, ce qui provoquait l’accumulation d’une importante quantité de sédiments. Afin d’optimiser la section du lit, accélérer son retour à sa pente originelle, rétablir le transit sédimentaire et la continuité piscicole, le seuil a été supprimé, les piles du pont stabilisées et près de 20 000 m³ de matériaux ont été curés de part et d’autre du pont.

Autres aménagements

- Des milieux naturels valorisés
En aval de Séchilienne, un ancien bras de la rivière a été remis en eau en rive droite, juste en amont du pont routier. Cet aménagement permet de renouveler les milieux aquatiques. Plus bas, au niveau du chenal de décharge des Ruines de Séchilienne, un autre bras a été aménagé en rive gauche. La présence d’eau est désormais permanente dans sa partie aval.
- L’Ile Falcon située en rive gauche constitue un site remarquable d’une centaine d’hectares. Pour permettre à la rivière de divaguer, la vieille digue située en rive gauche et à l’aval du pont de la Rochette a été démantelée. De plus, de nouveaux chenaux ont été ouverts.
- A Notre-Name-de-Mésage, la partie canalisée et enterrée du ruisseau de La Touche a été supprimée. Un dispositif en escalier permettant aux poissons de franchir le dénivelé a été aménagé à l’amont du pont de la RN85.
- Dans la traversée de Jarrie / Champ-sur-Drac, les berges étaient peu accueillantes pour les castors, les amphibiens, les insectes ou les oiseaux vivant près de l’eau. Pour y remédier, des banquettes ont été aménagées sur 400 m en rive gauche avant d’être végétalisées.

- Un paysage plus ouvert
- Du fait de la présence d’habitations et de bâtiments à vocation industrielle ou commerciale, peu d’endroits étaient propices à une halte prolongée sur les berges de la Romanche. Les travaux de protection ont été l’occasion de créer une ambiance verdoyante et attractive.
- Le projet visait à rapprocher les riverains de leur rivière grâce à la végétalisation des digues ou à la création d’aménagements comme des haltes vertes, des terrasses observatoires et des accès kayak.
- Les cheminements nouveaux sont nombreux et novateurs pour certains. A Livet-et-Gavet, un sentier patrimonial a été aménagé sur la berge, entre la centrale hydroélectrique des Clavaux et celle des Vernes.


- D’autres informations sur le projet Romanche Séchilienne sur le site du Symbhi.


Carte du projet

Romanche Séchilienne Chantiers redSynthèse des travaux exécutés en 2014 et 2015

Budget et financement

Coût total : 28,2 M€ HT. Répartition :
- Le Symbhi (Département, Communauté de Communes du Sud Grenoblois, SACO) et Grenoble Alpes Métropole : 21,5 %.
- L’Etat : 34,5 %.
- L’Europe (fonds Feder) : 11 %.
- La Région Rhône-Alpes : 24,3 %.
- L’Agence de l’Eau RMC : 8,7 %.

Les nouveaux bras de l’Ile Falcon

Détail des aménagements


- Linéaire de digues rehaussées : 100 m en rive droite et 2 595 m en rive gauche.
- Linéaire de digues créées : 1 908 m en rive droite et 725 m en rive gauche.
- Volume d’enrochements utilisé : 128 000 m³. Environ 5,8 km de digues confortées côté rivière. Environ 1,5 km de digues confortées côté plaine.
- Bancs arasés : 62 000 m³ de matériaux prélevés.

Chantier du déversoir de sécurité de Jouchy

Travaux sous le pont Napoléon

[1] Les 9 communes concernées sont : Champ-sur-Drac, Jarrie, Livet-et-Gavet, Montchaboud, Notre-Dame-de-Mésage, Saint-Barthélémy-de-Séchilienne, Saint-Pierre-de-Mésage, Séchilienne et Vizille.

[2] Syndicat Mixte des Bassins Hydrauliques de l’Isère, maitre d’ouvrage.

Espace privé | Plan du site | Contact | Mentions légales | Spip | Lettre d’information | Haut de page