Modalités d’exécution


Accueil > Digues et végétation > Végétaliser un endiguement > Modalités d’exécution
> Créé le 4 novembre 2010 | Modifié le 18 janvier 2011
Intervention sur le talus de la digue de Montbonnot en 2009. Chaque chantier de végétalisation a ses contraintes. Ici ou là, les modalités varient en fonction de l’existant, de la localisation, des conditions d’accès, des matériaux disponibles. Quelques précisions néanmoins.

Mélange grainier
Il répond à plusieurs exigences : rapidité d’installation et de recouvrement du sol, développement aérien modéré, pérennité, lutte contre les espèces jugées indésirables, biodiversité végétale. Il doit aussi supporter le dépôt occasionnel de matériaux limoneux par la rivière. Les principales espèces composant le mélange recommandé pour nos digues sont : Agrostide stolonifère, Fétuque élevée, Fétuque rouge, Ray Grass anglais, Fléole des prés, Pâturin des près, Coronille variée, Lotier corniculé, Trèfle violet, Trèfle blanc, Achillée millefeuille, Baldinguère.

Matières fertilisantes
Elles ont pour objectif d’améliorer les propriétés agronomiques du substrat. Dans le cas d’un ensemencement sur un ouvrage sans couverture terreuse, le mélange grainier est associé à un compost de déchets verts de calibre grossier. Ce dernier permet d’augmenter la capacité de réserve en eau du matériau en place, de favoriser le recouvrement des plantes herbacées et de prévenir l’érosion de surface. Que le talus dispose ou non d’une couverture terreuse, des engrais organiques [1] sont systématiquement associés au mélange grainier.

Adjuvants
Le paillage (mulch) est une pâte de cellulose associée au mélange grainier. Elle sert à la fois de support et de réserve en eau (forte capacité de rétention). Les fixateurs (colloïdes à base d’alginates de sodium) sont utilisés pour donner une cohésion à l’ensemble du mélange projeté et lui conférer une meilleure tenue sur les talus.

Eviter l’érosion
Lorsqu’il présente une pente importante, le talus est recouvert d’une nappe en fibre de coco 100% biodégradable, ou fait l’objet d’une projection hydraulique de fibres végétales [2]. Cela permet d’éviter l’érosion superficielle pouvant entrainer le terre et les semences à la suite d’une forte précipitation ou d’une crue. Une fois la végétation développée et le talus protégé, le treillis coco et les fibres végétales se décomposent en enrichissant le sol.

Couvert herbacé
Toute végétation arborescente génère des racines déstabilisant les ouvrages et des parties aériennes nous obligeant à des interventions régulières. A l’opposé, toute végétation rase et régulièrement fauchée permet d’inspecter facilement la digue, d’y repérer les désordres, de lutter contre les invasives. Le coût pour la collectivité en est optimisé : matériel mis en œuvre moins onéreux et baisse de la fréquence d’intervention.
Ci-contre : un agent technique inspectant la digue de Grangeage en avril 2010, à la limite de la partie restée boisée.

Nos chantiers d’ensemencement

Lieux Surfaces Dépenses*
Automne 2005 Tencin, La Terrasse, Crolles, Meylan, Gières 3,6 ha 38 800 €
Printemps 2006 Barraux, Veurey, Crolles, Moirans 2,1 ha 7 200 €
Automne 2007 Bourg d’Oisans (Croix du Plan) 3,4 ha 18 700 €
Octobre 2009 Montbonnot-Saint Martin 0,16 ha 15 590 €
Printemps 2010 Fontaine, Lumbin, La Rivière, Gières 1,32 ha 9 400 €
* TTC. Evoquer un coût moyen au m² n’est pas pertinent car chaque chantier recouvre une réalité technique différente (localisation, choix des techniques, densité du mélange grainier, nombre de semis, etc).

Génèse de la démarche

Lire un article connexe à celui-ci : Quand la digue se met au vert.

Grangeage, juin 2005

Fin des travaux d’enrochement dans la boucle de Grangeage (Meylan).

Grangeage, novembre 2005

Pose de terre végétale à la pelleteuse.

Grangeage, juin 2006

Première année de pousse éparse pour la végétation herbacée.

Grangeage, mai 2008

Troisième année : le haut du talus est entièrement recouvert.

[1] Azote, phospore, potassium

[2] Procédé de type « Soil Guard »

Espace privé | Plan du site | Contact | Mentions légales | Spip | Lettre d’information | Haut de page