Premiers pas sur Romanche aval


Accueil > Archives > 2012 > Premiers pas sur Romanche aval
> Créé le 5 juillet 2012 | Modifié le 13 avril 2014
Des travaux forestiers pour sont nécessaires pour dégager la piste.Suite à la remise en gestion des endiguements de la Romanche aval, l’AD a effectué ses premières interventions dans ce secteur.
Dans l’attente des travaux du Symbhi, seules des opérations d’urgence et celles nécessaires pour assurer notre mission de surveillance sont programmées.

Les digues de Romanche aval sont en devenir. En effet, les travaux du Symbhi prévus en 2013 vont modifier leur état actuel et, dans cette attente, l’AD doit adapter ses missions sur les 8 km de digues remis en gestion. Ainsi, le plan de gestion décennal de la végétation ne sera mis en place qu’après exécution des travaux d’aménagement du Symbhi. Autre particularité à noter : dans ce secteur où la rivière est non domaniale, ce plan intègrera la gestion de la végétation des bancs qui auront entretemps été arasés dans le cadre du projet Romanche-Séchilienne.

Les travaux forestiers

L’AD a déjà initié plusieurs missions visant à faciliter l’inspection et l’entretien courant des ouvrages. Ainsi, durant la deuxième quinzaine de mars, les agents techniques de l’AD sont intervenus pour effectuer des travaux forestiers sur la digue de la Croix-du-Mottet, en amont du Péage-de-Vizille. Jusqu’au carrefour du chemin de la Rochette, la mission consistait à dégager toute végétation en crête de la digue située à droite de la route menant à Séchilienne. Objectifs : améliorer la visibilité de cet ouvrage hydraulique long de 600 m et pouvoir circuler à pied.

Afin de se repérer plus aisément sur ces digues et pour pouvoir les décrire finement, l’implantation de repères temporaires [1] au droit des profils en travers pairs a été réalisée fin avril par les géomètres de Sintégra. Nos agents ont ensuite ouvert des layons au droit de ces repères sur l’ensemble du linéaire. Il s’agissait de créer des ouvertures larges de 3 m, en direction de la rivière et au travers la végétation. Ces layons seront des points d’inspection privilégiés lors de la programmation, dès l’automne, de nos tournées de surveillance hebdomadaires. Ils seront systématiquement dégagés de toute végétation deux fois par an.

D’autres opérations de défrichement doivent être exécutées en juillet 2012 par Ageron Bièvre Entretien qui, suite à un appel d’offres lancé au printemps, a remporté le marché des travaux forestiers du secteur Romanche aval. Dans un premier temps, il s’agira surtout de broyer mécaniquement la végétation broussailleuse qui s’est développée en rive droite. Formé de deux tronçons - entre la Cité du Trou et l’amont de la rue du pont, puis entre le pont Napoléon et la restitution du canal saint Joseph - le linéaire concerné est de 2 km. Durant le prochain hiver, 22 gros arbres (entre 40 cm et 1,20 m de diamètre) seront également abattus, principalement en rive droite.

Les données de gestion

A l’AD, la connaissance et le suivi dans le temps des ouvrages de protection hydraulique passent par SIRS Digues, un Système d’Information à Référence Spatiales pour la gestion des digues. L’AS Romanche aval n’ayant adhéré à l’AD que très récemment, l’objectif principal fixé pour l’année 2012 est de créer dans la base de données ce linéaire de digues et de commencer à collecter les données descriptives (voirie, réseaux aériens et enterrés, structure) sur le terrain mais aussi au bureau (cotes des lignes d’eau, géométrie de l’ouvrage).

Ce travail fastidieux mais essentiel a été en partie confié à Hugues Plantier, étudiant Master 1 à l’Institut de Géographie Alpine [2]. « Cette mission me permet de combiner le travail de bureau et les relevés sur le terrain » explique-t-il. « J’apprécie la grande diversité des tâches et le fait de réaliser un travail complet, d’amont en aval. Je trouve gratifiant de voir l’exploitation concrète des relevés d’information sur le terrain, avec leur valorisation cartographique, sans oublier l’étape de création dans la base de données. Pour moi, il résume parfaitement ma formation et les cours que j’ai pu avoir à l’Université, en intégrant notamment des notions comme le risque inondation ».

Le stage de trois mois effectué par Hugues Plantier a fait l’objet d’un mémoire d’études soutenu avec succès. Il laissera également des traces durables sur le serveur de l’AD : une base de données unique qui permettra désormais d’assurer une gestion rigoureuse des digues de Romanche aval.


Eclaircie

layons 1Layon percé dans le boisement au niveau du Seuil Tardy.

Digue du Péage-de-Vizille

Secteur devant être prochainement dégagé au niveau de la Cité du Trou.

Digue de Vizille

Secteur devant être prochainement défriché, entre le pont Napoléon et la restitution du canal Saint-Joseph.

Visiteur

Hughes Plantier.Hugues Plantier, étudiant Master 1 à l’Institut de Géographie Alpine, en stage dans les locaux de l’AD et sur les digues de Romanche aval.

[1] Le secteur devant connaitre d’importants travaux en 2013, un marquage au sol temporaire a été effectué là où un enrobé recouvre la piste. Ailleurs, de simples poteaux ont été plantés au droit des profils en travers pairs.

[2] Master 1 STADE-DDE : Systèmes Territoriaux, Aide à la Décision, Environnement : Diagnostic et Dynamiques Environnementales.

Espace privé | Plan du site | Contact | Mentions légales | Spip | Lettre d’information | Haut de page