L’entretien des pistes en crête de digue


Accueil > Etudes et travaux > Questions hydrauliques > L’entretien des pistes en crête de digue
> Créé le 15 mars 2010 | Modifié le 2 décembre 2016
Dépose de matériaux concassés sur un géotextile anticontaminant. Selon leur état et la nature des matériaux constitutifs, les pistes en crête de digue et celles permettant l’accès aux digues font l’objet de trois types d’intervention distincts.

Un chantier de réfection de piste se déroule en plusieurs phases. La première consiste à décompacter ou décaisser la couche superficielle de la piste, ceci sur une largeur moyenne de 4 m et, dans la plupart des cas, sur une épaisseur de 10 à 15 cm. Vient alors la phase de nivellement des matériaux : elle est assurée par un« grader » qui doit aussi créer une pente d’écoulement des eaux de ruissellement de 1 à 2 %, orientée préférentiellement côté rivière. Enfin, le compacteur intervient en vue d’assurer une bonne cohésion des matériaux précédemment nivelés. Si nécessaire, l’entreprise [1] procède au nivellement sommaire des accotements souvent enherbés, ce qui permet de garantir une meilleure évacuation de l’eau. Les déblais qui en résultent sont alors mis en dépôt définitif dans les talus de digue.

Désordres versatiles
Chaque intervention se déroulant en général sur plusieurs kilomètres, on peut rencontrer ici où là des situations variables quant à l’état de la digue et la nature des matériaux constitutifs” explique Patrick Argentier, responsable des travaux à l’AD. “Ce constat nous a conduit à formaliser trois types d’intervention distincts” ajoute-t-il. Lorsque la piste n’est pas très abimée et que les matériaux sont de bonne qualité - de type "tout-venant" et de granulométrie variable – la réfection est simple et rapide car elle ne nécessite pas d’apport supplémentaire de matériaux. Par contre, en cas d’ornières ou de nids de poules plus nombreux, le grader doit mettre en œuvre du matériau concassé 0/31,5 mm. Sur les digues de l’Isère, c’est le cas de figure le plus fréquent. Ce type de mise en œuvre représente la moitié du linéaire total traité par l’AD jusqu’à aujourd’hui.

Le troisième type niveau de réfection concerne lui les pistes où les désordres sont plus importants. Dans ces secteurs, la piste est souvent impraticable par temps humide à cause de la présence de matériaux sensibles à l’eau – par exemple des limons argileux - qu’il convient de purger. Ce type de réfection nécessite donc un décaissement plus profond (50 cm au lieu de 15) puis un apport de matériaux concassés de deux types. Afin d’éviter leur pollution par une remontée des limons, un géotextile est d’abord posé en fond de décaissement, avant toute mise en œuvre de remblais. Puis, sur le géotextile, une couche de fondation épaisse de 30 à 40 cm est créée en matériaux concassés 0/100 mm. Enfin, la couche de finition est réalisée avec des matériaux 0/31,5 mm, sur une épaisseur de 10 à 15 cm. La niveleuse et le compacteur interviennent alors pour rétablir une surface plane et stable, propre à la circulation des véhicules.

De l’enrobé recyclé
Le fraisât d’enrobé recyclé est un matériau de finition qui remplace avantageusement le concassé 0/31,5 mm. En 2007, sur proposition de l’entreprise SCREG, l’AD avait déjà testé ce mélange fait de pierres et de déchets bitumeux recyclés à la Croix du Plan. Il s’avère que ce fraisât est un matériau facile à mettre en œuvre et de bonne tenue une fois compacté, ce qui ravit les cyclistes adeptes du « tout-chemin » mais néanmoins soucieux de leur confort. A l’occasion du chantier de réfection du chemin de digue situé en rive gauche de la Lignarre et de la Romanche, le fraisât d’enrobé recyclé a fait son retour en 2009 et 2010.

En savoir plus

Inspection

Patrick Argentier, chef des travaux à l’AD, sur une digue de l’Isère.

Niveler...

Le grader nivelle les matériaux déposés sur la piste où la couche superficielle a été décompactée.

... et compacter

Sur la rive gauche de la Romanche, le compacteur intervient pour assurer la stabilité des matériaux déposés.

[1] Pour l’Isère, le marché est attribué à l’entreprise Carron, au titre des travaux de confortement. Les interventions étant plus rares côté Romanche, chaque chantier fait ici l’objet d’un appel d’offres spécifique.

Espace privé | Plan du site | Contact | Mentions légales | Spip | Lettre d’information | Haut de page